Ce que Hernán et Francisco auraient dû rapporter

Graine de chia (attention à la prononciation! )
Par défaut

*In English below*

Laissons de côté un instant les parties sombres de l’histoire au cours de laquelle Hernán Cortés et Francisco Pizarro ont conquis les Aztèques et les Incas, accompagnés d’autres Espagnols et de quelques tribus indigènes peu commodes. Nous entrevoyons alors que nous avons beaucoup de raisons de les remercier¹. Avec la conquête du Nouveau Monde au 16ème siècle, est en effet également venu le début d’une internationalisation progressive de nombreux types d’aliments sans lesquels la plupart d’entre nous pourrait difficilement imaginer sa vie aujourd’hui. De la pomme de terre, fruit sacré de la terre pour les Européens de l’Est, les Irlandais et beaucoup d’autres peuples à travers le monde, au magnifique chocolat, avec son goût qui est peut-être l’une des seules choses sur laquelle tout le monde peut s’accorder. La liste est vraiment sans fin. Mais alors que nous avons intégré beaucoup d’aliments indigènes des Amériques dans notre alimentation, nous en avons laissé certains, peut-être injustement, de côté. Du moins, jusqu’à tout récemment.

La plante Salvia Hispanica, plus communément connue sous le nom de Chia, faisait partie de l’aliment de base des Aztèques qui comptaient dessus pour l’énergie nécessaire à la guerre et la chasse. Elle faisait même souvent partie des rançons que devaient payer les tribus conquises. Les Mayas et les Incas les ont également beaucoup appréciées et les ont inclues dans leur régime alimentaire. Pourtant, après les conquêtes par les Espagnols et les Portugais, les graines sont largement tombées dans l’oubli, restant uniquement utilisées par les populations autochtones dans certaines régions des Amériques, loin de l’intérêt de leurs oppresseurs coloniaux², et ce jusqu’à ce jour.

Crédits :  http://education-portal.com/cimages/multimages/16/Aztec-lake-farming-by-Pat-Garcia.jpg

L’exemple le plus impressionnant venant de ces tribus indigènes est peut-être le peuple Tarahumara du Mexique, qui avait pour habitude de chasser ses proie… en les menant à l’épuisement. Selon leurs dires, quelques bouchées ces graines pouvaient alimenter un coureur Tarahumara pour une journée entière. Notons par ailleurs qu’avec des courses individuelles dépassant parfois les 300 km, cette tribu indigène a eu plus d’impact que sa petite taille (moins de 70 000 membres) le laisserait suggérer, notamment pour ce qui est de la diffusion de Salvia Hispanica³.

 

Dans les années 1990, un membre de la tribu de 52 ans, Cirildo Charcarito, a ainsi remporté une course de 100 miles en Californie avec une avance de plus de 30 minutes sur le deuxième, apparemment sans avoir du tout été entrainé. Ce résultat étonnant a conduit à des conclusions intéressantes : il avait mangé des graines de Salvia Hispanica avant et pendant la course. Pas assez impressionnant ? Sachez que l’étude des Tarahumara a également contribué à la popularisation du mouvement de course « pieds nus » (ou « barefoot »). Si vous êtes intéressés et souhaitez en savoir plus sur la course « pieds nus », nous vous conseillons Born to Run: A Hidden Tribe, Superathletes, and the Greatest Race the World Has Never Seen, de Christopher McDougall (2009), qui a popularisé les Tarahumara et leurs exploits sportifs.

Une Salvia Hispanica 

Créditshttp://commons.wikimedia.org/wiki/File%3ASalvia_hispanica_jd_alp_0.jpg By Pancrat (Own work)

La popularité de la nouvelle « super-food » comme on l’appelle parfois, a continué grandir pendant la dernière décennie du 20e siècle. Ce regain de popularité est en grande partie attribuable à l’augmentation de mouvements écolo et au le retour aux produits plus naturels, mais aussi à un institut de recherche en Argentine qui a étudié et encouragé l’utilisation commerciale des graines et, bien sûr, de multiples autres événements similaires au triomphe des Tarahumaras en Californie4.
Aujourd’hui, les graines de chia semblent devenir la nouvelle attraction. Il y a seulement une dizaine d’années pourtant, seul un proto-hipster aurait su les trouver et les inclure dans son alimentation. Dans les magasins, petits et grands, il est désormais possible d’acheter les graines, des barres, des boissons, des céréales pour le petit déjeuner contenant les graines de chia, et la liste s’allonge encore et encore !

Lisez notre article sur les bienfaits des graines de Chia !


Jekabs Jurdzs

—————————————————————————-

What Hernán and Francisco Forgot to Take Home

If we can leave out all the gloomy parts of history concerning how Hernán Cortés and Francisco Pizarro with some of their  friends from Spain and indigenous tribes in the mood for plunder conquered the the Aztecs and the Inca in the 16th century, we would have many things to thank them for¹. Because with the conquest of the New World also came the start of a gradual internationalisation of many types of food that most of the world can hardly imagine their lives without today. From the great potato, sacred fruit of the land for Eastern Europeans, the Irish and many other folk around the world; to wonderous chocolate, whose taste is perhaps the only things all the world could agree on. The list is truly endless. But while we have incoorporated a lot of food native the Americas in our diet, some we have, perhaps undeservedly, left out. At least, until quite recently.

Graine de chia (attention à la prononciation! )Chia seeds! Image credits: Getty Images/iStockphoto

The Salvia Hispanica plant, more commonly known as Chia, was part of the staple food of the Aztecs  who relied on them for energy in war and while hunting. In fact, even part of the tribute from conquered tribes was often demanded in the form of chia seeds. The Mayans and the Inca also valued them highly and included them extensively into their diets. Yet, after the conquests by the Spanish, the seeds largely fell into obscurity, only remaining widely used by indigenous people in some parts of the Americas up to this very day, far removed from the interest of their colonial oppressors².

Image credits: http://education-portal.com/cimages/multimages/16/Aztec-lake-farming-by-Pat-Garcia.jpg

The most impressive example of these indigenous tribes is is perhaps the Tarahumara people of Mexico, who used to hunt their prey… by running them into exhaustion. Supposedly, a few mouthfuls of Chia seeds can fuel a Tarahumara runner for an entire day. One a side note, with single sessions of running ranging over 300 km, this native tribe has had more impact than its small size, estimated at less than 70,000, would suggest, including the popularisation of Salvia Hispanica³.

In the 1990s, a member of the tribe, 52 year old Cirildo Charcarito, won a 100 mile run in California with a margin of more than 30 minutes, supposedly without intentionally training for it. As interest about this result yielded the interesting conclusions that he ate Chia seeds before and during the run. And if this does not count as impressive enough, the study and awareness of the Tarahumara has also contributed to the popularisation of the “bare-foot” running movement. For anyone alternative enough to be interested in further information on barefoot running, read Christopher McDougall: Born to Run: A Hidden Tribe, Superathletes, and the Greatest Race the World Has Never Seen (2009), a good book that popularised the Tarahumara and their running slide.

The popularity of the new “super-food” as it is sometimes called, continued to increase at the last decade of the 20th century. This surge in popularity can largely be attributed to the rise of eco-food and the return to more natural ingredients movements, a research institute in Argentina studying and promoting the commercial utilisation of the seeds and multiple other events similar to the Tarahumara triumph at the California marathon4.

Image credits: http://commons.wikimedia.org/wiki/File%3ASalvia_hispanica_jd_alp_0.jpg By Pancrat (Own work)

Now chia seeds are the newest sensation to sweep the nation while only a decade ago, probably just the emerging proto-hipster would know about it and add it to his diet, let alone would it be possible to find it in an honest philistine store. In stores big and small, with –prix suffixes and green-oriented, there are chia seeds for sale in plain form, chia seed bars, drinks with chia seeds, breakfast cerial with chia seeds – the list goes on and on.


Jekabs Jurdzs

Une réflexion sur “Ce que Hernán et Francisco auraient dû rapporter

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s