Lave ton yaourt et croque-le : comment remplacer les emballages alimentaires

dechets scpo1
Par défaut

Vous en avez marre de sortir la poubelle ? Vous trouvez que certains aliments sont suremballés ? Vous avez déjà entendu parlé du « septième continent », cette nappe de déchets flottant dans le Pacifique et ayant une superficie six fois supérieure à la France (de ses autres p’tits noms le « Vortex de déchets du Pacifique Nord », la « soupe plastique », la « grande zone d’ordures du Pacifique », ou encore « gyre de déchets ») ?

J’ai encore une solution pour vous ! Enfin, peut-être pas pour la troisième question.

Il s’agit ici d’attaquer le problème à sa source, c’est-à-dire non pas de mieux traiter les déchets, mais de moins en produire. Et pour cela, réduire l’emballage de nos aliments, qui représentent un tiers de nos déchets ménagers. Et pour cela, les rendre… comestibles. Après tout, on mange bien des pommes non pelées, non ? David Edwards a par exemple inventé les « wikicells », des emballages comestibles sur le principe notamment de la peau des fruits, fabriqués uniquement à partir de composants naturels et lavables à l’eau pour certains. Imaginez-vous attrapant votre glace, votre cocktail, votre yaourt à pleines mains…

Au niveau goût, toutes les créations sont possibles, des emballages parfumés aux fruits pour les yaourts aux emballages salés pour le fromage. Les mélanges sont innombrables et on n’a plus vraiment envie d’acheter ses yaourts nature emballés dans du plastique, non ? Pour la texture et la présentation, il faut bien avouer que certains produits semblent un peu déroutants au premier abord : le cocktail dans un emballage comestible, c’est assez surprenant. David Edwards y croit pourtant, notamment pour le café, surtout quand on pense au nombre de tasses en plastique jetées par jour. Déguster son café emballé dans une coque parfumée au caramel ou au chocolat, tout de suite, ça fait plus envie.

Cette idée va donc plus loin que des créations comme les cuillères à café en chocolat ou les couvercles de tasse en biscuits que l’on voit depuis quelques années. En effet, l’objectif n’est pas uniquement de réduire la quantité d’emballages : divers travaux sur les emballages comestibles sont menés également pour allonger la durée de conservation, réduire les microbes, etc.

Lorsque l’emballage reste nécessaire, par exemple dans l’objectif de vendre les WikiCells en grande surface, David Edwards propose d’utiliser des boîtes faites de bagasse, qui provient de la canne à sucre, et qui sont donc biodégradables en 1 à 2 mois.

Vous pouvez même goûter au Laboratoire, à Paris. Affaire à suivre !

Photo : Ordures dans le jardin de Sciences Po (Association Sciences Po Environnement)

– Oriane Cébile

—————————————————————————————————————–

Are you fed up with putting out your rubbish? Do you think that there is too much packaging for some food products? Have you ever heard of the Trash continent, this gyre of debris located in the Pacific over a surface six times the size of France (aka the Great Pacific Garbage Patch or the Pacific Trash Vortex)?

I have again a solution! Well, maybe not for the third question.

It is about tackling the problem at source, meaning that it is not about sorting waste but about producing less waste. And for that, it requires reducing food packaging, which accounts for a third of household waste. And for that, making them… eatable. After all, we eat unpeeled apples, right?

David Edwards has invented Wikicells, eatable packages based on the principle of the peels of fruits, made of natural components and washable under running water. Imagine that you are taking with both hands some ice cream, cocktail, yoghurt…

Speaking of taste, many creations are possible, from fruit-flavored packages for yoghurts to savory packages for cheese. Possible mixtures are numerous and you do not really want anymore to buy plain yoghurt packaged in plastic containers, no? About texture and appearance, I have to admit that some products might be a bit puzzling at first: cocktail in eatable package is quite surprising. David Edwards however believes that people will get used to it and that WikiCells will work, for example for coffee, especially when we think about the number of coffee cups wasted every day. Drinking coffee wrapped in caramel-flavored or chocolate-flavored package is quite mouth-watering, no?

This idea thus goes beyond coffee spoons made of chocolate or cup lids made of biscuits that we have seen in the past few years. Indeed, the aim is not only to reduce waste from food packaging: research about eatable food packaging is being undertaken to increase the length of preservation, to reduce the number of germs, etc.

When packaging remains required, for example with the aim of selling WikiCells in supermarkets, David Edwards proposes to use packages made of bagasse, a fibrous matter from sugarcane which degrades in 1 to 2 months.

You can even try it at the Laboratoire, in Paris. To be followed!

– Oriane Cébile

Pour aller plus loin 

Mer de déchets : http://www.arte.tv/fr/un-ocean-de-plastique/6778730,CmC=6792770.html

http://www.developpementdurable.com/technologie/2013/08/A6751/reduire-le-suremballage-en-les-mangeant.html

Test par Le Monde : http://alternatives.blog.lemonde.fr/2012/10/09/le-jour-ou-jai-mange-ma-peau-de-yaourt-wikicells-emballage-comestible/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s